Actualités

Détail actualités

Date de l'événement
05/05/2020
Titre
Partons en Rando-Photo !
Descriptif Court

Eh oui… en rando en groupe, il n'est pas toujours facile de s'accorder le temps qu'on voudrait pour la photo, dès lors qu'on souhaite aller plus loin que la photo souvenir d'un instant partagé ou d'un lieu traversé !
Image
Partons en Rando-Photo !
Image supplémentaire
Texte enrichi supplémentaire

Petit échange de bord de sentier :

  • Bah… ? Il est où Bernard ?
  • Ah, il est pas reparti de la dernière pause, il avait pas fini de prendre ses photos !
  • Pfff… mais qu’est-ce qu’il fout ? Il en met un temps à faire une photo !?

Ami(e) randonneur-photographe, cette situation te parle ?

Eh oui… en rando en groupe, il n’est pas toujours facile de s’accorder le temps qu’on voudrait pour la photo, dès lors qu’on souhaite aller plus loin que la photo souvenir d’un instant partagé ou d’un lieu traversé ! Il faudrait pour cela renverser les choses : se donner comme objectif premier la photographie, et faire de la randonnée un cheminement dans la nature vers nos émotions photographiques…

Heureusement, la rando-photo existe ! Partez avec un photographe professionnel diplômé accompagnateur en montagne : il saura vous faire partager sa passion pour la nature et pour l’image, vous emmènera sur un col ou un sommet aux meilleures heures pour la lumière, et vous apprendra les techniques photo pour enfin retrouver dans vos images les émotions que nous vivons tous dans nos belles montagnes…

Alors prêt ?
C’est parti !

 

Morceaux choisis des plaisirs de la rando-photo en montagne !

 

Chap. 1 - « Rassure-toi Anne-Marie, nous ferons de la photo demain matin ! »

Comme chaque soir, je consulte la météo, les horaires du soleil, l’évolution de la nébulosité au cours de la journée, pour décider du programme du lendemain. Demain les conditions sont bonnes, nous partons pour un lever de soleil au sommet de la Dent de Crolles. Je fais le décompte : lever du soleil à 8h00, être opérationnels sur place 30 mn avant le lever pour bénéficier des couleurs qui vont – peut-être ! – se déployer sur les nuages, ajouter 20 mn pour choisir un cadrage, installer son trépied et faire ses réglages, 2h30 de montée à la frontale pour les 650 m de dénivelée, 25mn de trajet depuis l’hébergement … hum, ça va un peu piquer les yeux au réveil demain matin !

Le soir à l’apéro, tout le monde est excité par l’objectif de demain, ça fait 2 jours qu’on l’attend. Jean-Luc, en habitué, pose la question fatidique, un brin inquiet de la réponse à venir : « quelle heure le départ demain ? » 

- demain, on part à 4h !

Et là Anne-Marie, débutante en rando-photo s’interroge : « Ah bon 4h ? Mais alors on ne fera pas de photo le matin ? » …. Heu, si justement Anne-Marie ! … silence… regard incrédule d’Anne-Marie…et ça se termine par un fou-rire général, surtout ne change rien Anne-Marie ! ☺

Et oui… les belles lumières en montagne se méritent, mais passé le délicat moment du réveil, quel bonheur de marcher à la frontale sur le chemin, enveloppés par la nuit, ses odeurs et ses bruissements secrets autour de nous ! Loin en dessous de nous, nous apercevons les lucioles des hameaux de la vallée... Nous avons rendez-vous plus haut, avec le soleil…

 

Chap 2 – Heure dorée, heure bleue… les heures magiques du photographe de paysage

« Mes photos de montagne sont plates, c’est jamais comme je voudrais, ça vient de mon appareil ? »
Non, rassurez-vous ce n’est pas une question d’appareil, c’est juste que vous n’êtes pas là au bon moment, dans les bonnes lumières … Pour la photo, nous organisons notre rythme et le choix de nos sujets selon l’évolution de la qualité de la lumière au cours de la journée. Si le lever et le coucher du soleil sont toujours un spectacle saisissant, ce sont loin d’être les seuls instants intéressants pour la photo : les photographes cherchent aussi « l’heure dorée », un peu avant le coucher du soleil, ou un peu après le lever du soleil, quand la lumière encore rasante modèle les reliefs et réchauffent les couleurs. Vous apprendrez aussi à photographier la montagne à « l’heure bleue » - bien avant le lever du soleil, ou après son coucher - qui révèle la douceur des paysages dans des nuances bleues et mauves…

Dès que le soleil monte dans le ciel, la lumière devient « dure » dans le jargon des photographes (celle des fameuses photos un peu « plates »), il est temps de se tourner vers d’autres sujets : faire de la macro, aller en sous-bois ou au bord d’un torrent ombragé, etc. Les sujets ne manquent pas, c’est au photographe de s’adapter à la lumière !

Et pour peu que vous partiez en bivouac, vous aurez à la fois un coucher, un lever, et peut-être la chance d’immortaliser la voie lactée en photo de nuit !

 

Chap 3 – Anticipation et repérage, secrets du photographe de paysage

En rando en montagne, on peut s’en sortir avec une carte et une bonne lecture topographique, le repérage préalable sur place n’est pas toujours nécessaire.

Pour la photo en revanche, une préparation soigneuse s’impose ! En tant qu’accompagnateurs photographes, nous voulons vous emmener aux meilleurs endroits photographiques, dans les meilleures conditions de lumière.

La quête des « spots » photo 

Ici faire un sommet n’est pas en soi le but de la rando, et les panoramas des sommets sont rarement les points de vue qui vous donneront le plus de possibilités pour composer des photos personnelles. Nous cherchons plutôt la berge du lac avec des herbes et des reflets intéressants, le décrochage de l’arête qui révèlera une succession de plans, ou tel arbre isolé qui animera notre premier plan… bref, autant de points de vue originaux, souvent à l’écart des chemins, et que seule une parfaite connaissance du terrain peut révéler.

Anticiper les conditions de lumière

La météo est une chose – essentielle bien sûr en montagne – mais en photo nous avons besoin aussi de connaître l’orientation précise de la lumière, et l’élévation du soleil dans le ciel. En effet, c’est bien joli de savoir que le soleil va se coucher à 19h48, mais là où vous êtes placé pour votre photo, à quelle heure disparaîtra-t-il derrière la crête qui s’élève à votre droite ? Jusqu’à quelle heure aurez-vous une lumière rasante intéressante ?

Heureusement, la déesse numérique pourvoit à tout de nos jours, et il existe plusieurs applications mobiles, et un site web qui fait référence pour les photographes : vous pourrez y suivre sur un fond topographique l’orientation du soleil (et de la lune !) et son élévation au-dessus de l’horizon de minute en minute, avec la possibilité de visualiser l’altitude de cette fameuse crête entre vous et le soleil, et ainsi, depuis votre bureau, de savoir jusqu’à quelle minute précise votre photo sera éclairée par la lumière oblique des derniers rayons… Un peu compliqué d’en dire plus dans un article, venez en stage avec nous, on vous expliquera concrètement comment l’utiliser, en plus d’une lecture topographique précise !

 

Chap 4 – « Tu crois que j’emporte aussi mon 300mm f2.8 ? … et on a besoin du trépied ? »

Préparer son sac… Emmener le strict nécessaire sans rien oublier d’essentiel est un moment bien connu de tout randonneur qui fait l’économie de son dos. En rando-photo bien sûr, le poids du matériel est à considérer : à l’usage, chacun devra trouver le meilleur compromis selon ses capacités. 



Trépied, mon – pire – ami

En termes de matériel, c’est sans doute la principale différence avec la randonnée « classique » en montagne : ici, nous allons chercher des situations de très faibles lumières, qui imposent des longs temps de pose rendant impossible la photo à main levée à moins de monter fortement dans les ISO (ce que fera votre appareil en mode automatique), ce qui dégradera la qualité d’image. Le trépied devra donc vous accompagner dans vos sorties au lever ou au coucher du soleil.

Les premiers essais sont souvent épiques : 

Anne-Marie, en mode panique devant le soleil qui va bientôt se lever : « Mais comment on fixe l’appareil sur ce truc ? » « Mais tu n’as pas essayé avant ? » « Bah non, je m’en suis jamais servi, c’est mon neveu qui me l’a prêté pour le stage !»

Rassurez-vous, pour éviter ce genre de situation, nous faisons toujours des séances d’apprentissage de la photo sur trépied avant de partir pour notre premier lever ou coucher de soleil !

 

Chap 5 – la photo en montagne, une rencontre sensible avec la nature

Revenons à notre ascension (très) matinale. 

A l’approche du sommet, la nuit se dissipe peu à peu. Nous gagnons le bord de la crête où nous avons rendez-vous avec le soleil. Remettre une couche de vêtement pour ne pas se refroidir, prendre un thé chaud, et il est temps de trouver notre cadrage, installer notre trépied et se préparer pour le spectacle à venir…

Dès que le soleil commence à s’élever au-dessus de l’horizon, nous quittons la crête et rejoignons des lapiaz qui dessinent dans les dalles calcaires la géographie d’un glacier tourmenté de crevasses. La lumière oblique du matin souligne les reliefs et découpe les ombres : encore un terrain de jeu pour composer des photos originales !

A notre droite des chamois pâturent dans la pente : à bonne distance pour éviter le dérangement, nous profitons de cette jolie rencontre pour faire une petite session de photo animalière. Prendre le temps d’observer les attitudes de l’animal, attendre le moment où il se détachera bien dans la lumière sur un fond sombre, soigner sa composition pour évoquer son milieu naturel…

L’heure tourne, le soleil est déjà haut dans le ciel, la lumière un peu dure : il est temps de laisser nos chamois à leur jardin et de redescendre dans la vallée. A midi nous sommes au parking et croisons les randonneurs qui montent sous le soleil… Allons déjeuner ! Après une bonne sieste réparatrice, nous ressortirons pour profiter des lumières de fin de journée sur d’autres sujets : peut-être une petite session de macro-photo, où couchés dans l’herbe, vous découvrirez comment profiter des contre-jours pour magnifier la fleur et créer des compositions esthétiques avec des jolis flous colorés ?

En soirée, nous ferons une petite séance de partage et de revue critique de nos photos du jour. Moment toujours étonnant, où devant la diversité des photos, nous découvrons que chacun a vu, ressenti, et photographié cette journée avec sa sensibilité et son regard personnel… Bonheur de la photo !

Mais il est temps d’aller récupérer un peu… Demain grasse matinée, lever 6h ! Ça ira Anne-Marie ?

 

 

Loïc Perron, accompagnateur en montagne et photographe professionnel de l’agence Pedibus

Actualités